• Les Antoniens s'reont là !

    Air : Ein bieau capieau

     

     

    D’accord, les Tournaisiens ont plein de trésors qu’Antoing n’a pas. Pourtant il en est un qui manquera toujours à leur riche inventaire ; car s’ils ont une rue du Château, un quartier et une école du Château… eh bé i n’eont pus d’catieau ! Et bien sûr, pas question pour nous de leur céder le nôtre !

     

    D’ailleurs, savent-ils que cette Christine qu’ils vénèrent était en fait notre châtelaine, épouse de Pierre de Melun, seigneur d’Antoing et gouverneur de Tournai ?

     

     

    Les gins d’Tournai i z’eont leu cathédrale,

    Ses cheonq clotiers qu’on a bramint cantés ;

    I z’eont l’bieffreo, tour de guêt ancestrale,

    Et s’carilleon qu’on aim’ tant acouter.

    Mais i n’eont pos, mi je l’dis sans ambaches,

    Ce qu’on a chi et qu’jamais i n’areont :

    Ein vrai catieau datant du Moyen-Âche

    Dins s’vert écrin, surveillant l’horizeon.   (bis)

     

    Les gins d’Tournai i z’eont su leu Grand Plache

    Ein’ estatu’ de Christin’ de Lalaing

    Qui-a défindu l’chité avec corache

    Face à Farnèsse et l’troup’ des Malcontints.

    I n’saftent pos, et cha ch’est bin dommache,

    Qu’ceull’ maîtress’ feimm’, ch’t’ichi qu’elle habiteot

    No fier catieau sorti du Moyen-Âche,

    Bâti su roc, sur l’rif’ droite d’l’Esquéaut.   (bis)

     

    Et quand Tournai, au train où va l’Histoire,

    Devra r’pousser les asseauts des Flaminds

    Toudis avit’s d’étint’ leu territoire

    Vu qu’i rétreint avecque l’récauff’mint,

    Nous à Antoing, pou l’grant’ soeur in détresse,

    Sans hésiter ni attinte l’lind’main,

    On f’ra parel que jadis no Prinç’resse :

    On s’ra cor là pou deonner ein queop d’main !

    On f’ra parel que jadis no Prinç’resse :

    Ch'est cor nous qui sauv'ra les Tournaisiens !

    Henri d’Antoing